Entretien : Tabara Gaye, première prof d’EPS mauritanienne

Passionnée, Tabara Gaye peut passer des heures à vous parler de son parcours dédié à l’amour du sport au féminin. Rencontre avec cette femme d’exception pour qui le sport est un fortifiant de santé. Elle est la première femme prof d’EPS (Education Physique et Sportive) de la république Islamique de Mauritanie. Nous l’avons rencontrée lors d’une réunion de l’Espace Femme mauritaniennes, à Vision Croisées, dont elle est membre. Entretien vidéo avec un symbole du sport féminin mauritanien, pour parler des difficultés d’un métier en quête de renommée:

Concours International de plaidoiries pour les droits de l’Homme de Mauritanie (Cinquième édition)

L’Ordre National des Avocats de Mauritanie et l’Institut international des droits de l’Homme et de la paix – sous le haut patronage du Ministère de la Justice et avec le soutien de l’Ambassade de France en Mauritanie, de l’Union Européenne, de l’Agence Française de Développement de Justice Coopération Internationale, du Conseil National des Barreaux et de la Banque Islamique de Mauritanie. – ont organisé la cinquième édition du Concours international de plaidoiries pour les droits de l’Homme le mercredi 6 décembre 2017 à Nouakchott.


Au cours de la cérémonie d’ouverture SEM. L’ambassadeur de France à Nouakchott Joël MEYER avait prononcé le discours d’ouverture que vous trouverez-dessous

Le résultat du concours est le suivant :

1) Julien Martin avec « Une peine éternelle » – France.
2) Mog Nan Kembetia de avec « La peine de mort et la lutte contre le terrorisme : le cas de Boko Haram au Tchad » – Tchad.
3) Garandi Lega Ibrahim avec « le droit à l’objection de conscience »- Tchad.

Ce sont au total huit défenseurs des droits de l’Homme qui ont plaidé le mercredi 6 décembre 2017 au Palais de Justice de Nouakchott.
Les intitulés des 8 plaidoiries sont dans le dossier de presse.

Discours d’ouverture de l’ambassadeur de France M. Joël MEYER :

(PDF – 138.4 ko)

DP_CIPMauritanie2017 :

(PDF – 3.3 Mo)
Source Ambassade de France Mauritanie

COP23 : La Mauritanie membre du Comité de Conformité Afrique

La Mauritanie comme tant d’autres pays du Sahel et de l’Afrique subit de plein fouet les changements climatiques. Lors de la 21e conférence à Paris, 195 pays ont aboutis à un accord sur la réduction du gaz effet de serre, afin de maintenir le réchauffement global à moins de 2° d’ici 2100. Les pays ont présentés leur plan d’action pour vulgariser la stratégie d’adaptation face aux changements climatiques et mieux encore contribuer à l’atténuation du réchauffement climatique avec comme ambition numéro UN, réduire la production du gaz à effet de serre.

Crédit photo H.K

Même si les pays africains ne sont pas reconnus comme les plus grands pollueurs dans le monde, cela n’a pas failli à l’engagement de chaque Etat, de présenter sa contribution pour réduire sa production de GES. A nos jours, la Mauritanie réitère son ambition de réduire les GES à hauteur de 22,30 % d’ici 2030, pour atténuer les risques des réchauffements climatiques. Cependant, le souhait de toutes les parties prenantes est que cet accord de réduction soit contraignant pour tous, afin que nul ne ternisse son engagement.

Lors de la COP23 à BONN en Allemagne, la Mauritanie a été désignée membre du Comité de Conformité Afrique qui se chargera de renforcer l’intégrité environnementale et soutenir la crédibilité et la transparence dans la réduction des gaz à effet de serre. La représentation Mauritanienne sera assurée par Monsieur Bâ Moussa Abdoulaye Conseiller juridique du Ministre de l’Environnement et du Développement Durable.

Ce comité se chargera de déterminer le respect des engagements pris par les parties dans leurs objectifs d’émissions, leurs exigences méthodologiques, et de déclarations pour les inventaires de gaz à effet de serre et toutes les conditions d’éligibilités. Ce comité sera dans une dynamique de facilitateur mais aussi de conseiller pour que chaque pays puisse respecter son engagement et promouvoir l’atténuation face aux risques des changements climatiques.

A la question du rôle et de l’apport de la Mauritanie dans ce comité, Bâ Moussa Abdoulaye répond : il faut préciser qu’il s’agit là d’un poste pour l’Afrique. C’est donc une représentation régionale et africaine. Tout au moins, on peut considérer que ce poste occupé par un mauritanien devrait amener vers plus d’exigences quant au respect des engagements de réduction de gaz à effets de serre. La Mauritanie étant l’un des pays les plus éprouvés par ce phénomène.

Cette instance fait partie des systèmes de conformités les plus complets et rigoureux pour un accord environnemental multilatérale.

Par Houleye Kane depuis Bonn (Allemagne)

 

Mauritanie: formation de journalistes à la production de contenus vidéo via smarphone

Voici l’illustration d’une initiative de la plateforme Slipe Up. Cette opération est une grande première, elle est à l’origine de la formation d’une dizaine de journalistes à l’utilisation de la vidéo : technique de production, de montage et de diffusion de contenus via le téléphone mobile. Elle a eu lieu début novembre (6-12 nov) et elle est soutenue par l’Ambassade de France en Mauritanie.

A cette occasion, j’ai pu réaliser deux courts reportages que je vous présente ici :
– Un premier reportage sur le défilé de mode de Médina Ibrahima Ndiaye, création événementielle qui s’est tenue le 10 novembre dernier à la galerie Sinaa à Nouakchott.
– Une deuxième vidéo qui est une ambiance de rue sur la vente d’eau, dans la commune de Basra.