Mauritanie: des femmes présentent le journal en rappant

C’est la première fois que la présentation de cette édition d’information, lancée il y a près de deux ans, est confiée aux dames. Le journal est toujours présenté en rappant.  Depuis Nouakchott, je vous invite à débuter cette semaine avec un plateau d’information en plusieurs langues.

crédit photo :  Journal Chi Taari rappé

J’ai eu un coup de cœur, en suivant ce journal à la sauce rappée, où des mauritaniennes prennent le micro pour nous raconter leur actualité, l’actualité de ce pays où la chaleur s’installe peu à peu, sans doute à cause du réchauffement climatique. Un numéro spécial  du journal rappé qui célèbre à sa façon le 8 mars 2017, journée de la femme.

Un autre talent de mes collègues dames qui se fait découvrir à travers un concept repris en Mauritanie par Liman Kane alias Monza, un des tenors du rap national. Voilà le menu de cette édition présentée dans une ambiance rappée, avec humour, classe, à voir ici donc ce spécial JT consacré en bref à entrepreneuriat et foot féminin:

 

Mauritanie: des cours pour lutter contre les violences faites aux femmes

En République Islamique de Mauritanie, des cours d’auto-défense sont désormais proposés par l’application ProjetTaxisecure aux femmes pour se prémunir des violences.

Des séances de self défense. Crédit photo : Projet Taxisecure Self Défense.

Pour lutter contre les violences faites aux Mauritaniennes, les initiateurs du projet Taxisecure au départ une application mobile, un des lauréat de la 1ère édition de Mauri app Challenge initié par l’Association Hadina Rim TIC, ont mis en place cette initiative dénommé Taxisecure Self Défense en Mauritanie.

Ce sont des cours d’initiation à des techniques d’art martiaux pour se protéger devant d’éventuelles menaces. Certaines jeunes filles y prennent goût, et suivent des séances de formations gratuites, depuis sept mois, dans le but de devenir de futures formatrices. Cette idée fait son chemin.

Sall Harouna Ibrahima du haut de ses 26 ans d’expérience en tant que prof d’arts martiaux mise sur ces talents, afin de montrer que l’auto-défense est aussi un sport féminin dans une république islamique comme la Mauritanie.

Dioully Diallo Oumar du projet Taxisecure Self Défense, espère une forte adhésion des parents des bénéficiaires de cette action au nom du droit à l’autodéfense.Un outil aussi de promotion du sport féminin.

Ce projet sera t-il un outil redoutable de protection des jeunes filles et des femmes en général en Mauritanie? Un souhait important, promesse de reines d’Afrique.

Mauritanie: Mariage, les castes ont la peau dure

Voilà le titre d’un reportage vidéo réalisé par la consœur Halima Diagana sur les problèmes de mariage entre caste en Mauritanie.Un reportage réalisé dans le cadre d’une série de formation des journalistes sur les droits humains en Mauritanie, initiée en 2006 par la GIZ. Une production qui livre des témoignages exprimant souvent la complexité du mariage entre deux amoureux de caste différents, pour qui pourtant, l’amour n’a pas de frontière, ni couleur et odeur.

La photographe Medina y raconte son idylle . Alors qu’elle rêvait de se marier avec son homme, elle a été conseillée par sa grande sœur qui lui fait savoir qu’avant de se marier avec un homme, « il faut savoir s’il est noble ou non ». Un conseil qui la touchant et l’agaçant à la fois selon sa confidence. Par peur de confrontation, elle renonça à son amour, pour ne pas « perdre » sa famille. La journaliste Zeynebou y relate, la bataille d’une de ses proches pour l’homme qu’elle aime, après de nombreux difficultés, la famille accepta cette union. Salimata Sy de l’Association des Femmes Chefs de Famille(AFCF) fait savoir que le problème de mariage entre caste en Mauritanie est « un phénomène de société qui affecte profondément nos populations ».

Face au poids de la tradition, souvent, certains renoncent à cet amour si rêvé au profit de l’entente familiale. Je vous invite à suivre ce reportage qui donne des frissons tellement les témoignages sont poignants.

 

Mauritanie : « Selfie mbalite » une initiative contre l’insalubrité

Voici, un concept qui fait le buzz actuellement sur le réseau Facebook mauritanien. Une semaine après son lancement sur la toile, le mouvement « Selfie mbalite » enregistre près de 600 likes.

crédit photo « Selfie mbalite »

Selon ses initiatrices, Médina Ibrahima Ndiaye, créatrice de mode, photographe et Aminétou Mint Bilal, géologue, sont les conceptrices de cette initiative qui se veut une contribution citoyenne à l’assainissement de la ville de Nouakchott, en attendant que l’action se décentralise un jour.

Crédit photo « Selfie mbalite »

Dans un 1er temps, c’est un engagement, une alerte virtuelle qui consiste à travers le hashtag « Selfie mbalite » à montrer des dépôts d’ordures via son selfie, et à faire aussi une géo localisation des ordures pour faciliter « la tâche » à la CUN (Communauté Urbaine de Nouakchott) chargée du ramassage de ces déchets.

Ce mouvement qui se mobilise volontairement selon ses dires pour apporter sa touche à l’édifice entend aussi contribuer à l’éducation environnementale dans les écoles.

L’équipe de « Selfie mbalite »  descendra sur le terrain, à travers une journée de nettoyage ce 11 février. Ce mouvement aura-t-il un effet durable sur nos habitudes ?

A vos selfies !