Mauritanie : ma rencontre avec l’équipe d’Africtiviste

Article : Mauritanie : ma rencontre avec l’équipe d’Africtiviste
14 janvier 2021

Mauritanie : ma rencontre avec l’équipe d’Africtiviste

Je vous présente d’abord mes meilleurs vœux de bonheur, de paix et surtout de santé pour cette nouvelle année. Je suis très heureuse d’avoir commencé 2021 par une formation sur l’engagement citoyen au service de la transformation citoyenne, initié par le réseau Africtiviste. Je partage ici mes enseignements tiré de cette formation, des formateurs du programme ACET (Africtiviste civique engagement tour) en Afrique de l’Ouest.

Cette rencontre, où les téléphones portables étaient en off pour une meilleure concentration de l’assistance, m’a permis de rencontrer, enfin, l’équipe d’Africtiviste que je suis sur Facebook. Créée par le Sénégalais Cheikh Fall, Africtiviste est une force de proposition citoyenne, un réseau de plaidoyer sur l’activisme et l’engagement citoyen présent dans 40 pays en Afrique, dont la Mauritanie désormais.

Des jeux créatifs au programme

Une formation avec au menu, des jeux créatifs et dynamiques pour susciter l’intérêt de l’auditoire, afin d’interagir dans une ambiance participative et constructive. On ne m’a jamais parlé autant de l’intérêt de leadership, de l’engagement citoyen des jeunes, des atouts de la connexion collective ; de transformation sociale, de démocratie, de montage de projet dans le cadre de l’engagement citoyen. Cette session de quatre jours était tenue dans les locaux de Rim au quotidien, une entreprise citoyenne présidée par la très souriante Maimouna LO, journaliste et membre d’Africtiviste Mauritanie.

Sortir de sa zone de confort

Durant cet ACET, la session relative à « comment sortir de sa zone de confort ? » m’a beaucoup plu. La zone de confort, une zone où on maitrise et où on se sent en sécurité, un endroit acquis où l’on doit sortir pour aller à la quête d’autres défis, de challenge, afin d’élargir cette même zone de confort. J’ai appris que le leadership n’est pas une fonction mais une activité, où l’intérêt collectif prime. Cet intérêt pour lequel on s’engage doit avoir des objectifs précis, mesurables dans le temps, une stratégie d’influence. C’est un challenge civique que l’on peut atteindre par une solution adaptative ou technique.

De la théorie à la pratique

Les travaux de groupe sur la prise de parole en public ont été un des instants pratiques de cette formation, où j’ai dévoilé mon talent de poétesse en herbe à travers une plaidoirie fictive sur le projet de loi de lutte contre les violences faites aux femmes. Je me suis rendu compte qu’il faut plus que de la poésie pour passer d’une idée à un projet. Bref, c’est tout un processus.

Apres l’étape de la Mauritanie, l’équipe d’Africtivistes sera prochainement en Gambie et en Guinée-Bissau, dans le cadre de la réalisation du programme ACET (Africtiviste Civique Engagement Tour) en Afrique de l’Ouest.

Partagez

Commentaires