Maman, comment faisais-tu pour supporter mes turbulences ?

Article : Maman, comment faisais-tu pour supporter mes turbulences ?
24 décembre 2020

Maman, comment faisais-tu pour supporter mes turbulences ?

C’est une question qui restera à jamais sans réponse, car maman n’est plus là. Je garde de toi le souvenir d’une maman tendre, protectrice, généreuse, une battante, solidaire des autres… Bref, une maman de rêve. Tu es un model d’abnégation pour moi, ma référence féminine. Tu as veillé sur moi avec un amour indescriptible, pur, sincère, jusqu’à ton dernier souffle.

Tu avais le sens de la retenue

Je ne me rappelle pas de tes cris sur moi. Tu m’as inculqué des valeurs sans tambours ni violence. Ta retenue et ton regard suffisaient pour me mettre à l’ordre. Aujourd’hui, en mère de famille, je ne cesse de me poser cette question : maman, comment faisais-tu pour gérer mes turbulences, mes bêtises de petites filles ?

Ton absence est un supplice. Tu es partie si tôt (repose en paix, que ta dernière demeure soit le paradis). J’avais encore besoin de ta présence, de ton accompagnement, de tes douas (bénédictions). j’avais encore tellement de questions à te poser, comme celles-ci encore : étais-je capricieuse ou non ? comment faisais-tu pour me rappeler à l’ordre, moi, la petite Awa bléni (Awa la blanche) de l’époque ?

Pesons nos mots, nos faits, nos gestes

Des fois, si je sens la colère monter en moi devant la turbulence de tes petit-enfants ou tes petits maris, comme on dit dans le jargon bambara, une voix me dit : comment maman réagissait à mes bêtises ? Et là, je retrouve ma tranquillité d’esprit, mon calme. Je me dis qu’en fait, on n’est n’est pas obligé de crier ou de s’emporter face à des turbulences d’enfance. On peut juste réagir par des refrains : « reste tranquille, sinon tu n’auras pas du chocolat » ou « tu n’auras pas ton vélo »… Il faut juste se tranquilliser, privilégier la causerie plutôt que des colères destructrices.

Pesons nos mots, nos faits, nos gestes car nos enfants, les adultes de demain, peuvent à leur tour reproduire ce qu’ils ont reçu comme réprimande ou punitions, verbale ou non.

Partagez

Commentaires