Le film de Abderrahmane Cissakho « Timbuktu » choque la blogueuse Fatouma Harber

Le nouveau film d’Abderrahmane Cissakho « Timbuktu«  a été présenté lors de la dernière édition du festival de Cannes. Ce court métrage revient sur l’occupation du nord du Mali par les Djihadistes et anarchistes. Ces derniers font subir durant des mois d’occupation des atrocités et injustices à la population dont celles de Tombouctou. Ce film tourné à Aoulata en Mauritanie retrace les grands axes de cette page sombre à travers des personnages.  Si beaucoup salue ce film , Fatouma Harber une Tombouctienne  a été choquée par cette production d’un des grands cinéastes du continent. En attendant que je rencontre peut être ici Abderahmmane.C ,la blogueuse malienne explique à Reines d’Afrique sa position critique sur « Timbuctu ».

Reines d’Afrique : Fatouma Harber, vous êtes une blogueuse malienne, le film de Abderahmmane Cissakho «  Timbuktu » vous a choqué, pourquoi ?

Fatouma harber

Fatouma Harber/Crédit photo

Il y a beaucoup de choses dans ce film qui m’ont choqué du scenario aux idées que le cinéaste essaye de véhiculer sur la ville de Tombouctou. Il faut dire que je ne lui reproche pas d’avoir voulu faire un film sur Tombouctou ou n’importe quelle ville du Mali, que ce soit le nord ou le sud, il en a le droit je pense. Mais c’est cette engagement du film pour ceux qui nous ont fait souffrir (quand je dis-nous, je parle de toute la population de Tombouctou, noirs et blanc de toutes les ethnies aussi bien songhay, peul, bambara Touaregs qu’arabes).

Des inconnus viennent dès l’aube aux abords de votre ville, tirent un bon moment avant de rentrer dans la ville, conduisant des pick-up surmontés d’un drapeau inconnu qui crient azawad et détruisent tout dans cotre ville avant de faire le tour de la ville pour prendre tout ce qu’il y a comme véhicule pour les « prendre » et les faire disparaitre et instaurer une soi-disante charia qui n’est applicable que sur la population noire de la ville.

Beaucoup ont pris le chemin de l’exil, certains craignant de servir de cobaye pour ces fous de Dieu, d’autres ne voulant pas se mouiller avec ceux de leur ethnie qui ont pris les armes ou par peur de représailles… et ce film vient inverser le déroulement des faits, pour (j’utilise les mots de la presse française qui semble avoir adoré le film) « humaniser les djihadistes ». C’est cela qui m’a choqué. Cette velléité de changer la réalité des faits pour la remplacer par la sienne, cette phrase qui revient à chacun de ses commentaires ou de ceux de ces comédiens : c’est la réalité, cela s’est passé à Tombouctou alors que ce n’est pas la réalité et que les faits se sont déroulés bien autrement.

Quand on fait une fiction pour échapper aux critiques qu’un documentaire aurait fait naitre on se contente de dire que c’est une fiction, on ne chante pas partout que c’est basé sur la réalité et qu’une ethnie que vous avez choisi de défendre (vous en avez le droit autant que celui de faire ce film) est victime jusqu’à en pleurer. Un ami disait : c’est comme si, en pleine guerre mondiale on ignore toutes les souffrances que les nazis font vivre à la population, pour tourner un film sur une petite famille irréprochable allemande.

Cette représentation est celle d’un ami mais résume mon sentiment et celui de beaucoup ici à Tombouctou. Nous sommes bien impatients de voir ce film même si nous doutons que le réalisateur l’amène ici, car nous ne l’intéressons pas. Il veut juste effacer l’ardoise de nos bourreaux à l’international. Ce sont les mêmes personnes qui sont des victimes pour lui qui ont pris les armes. Le proverbe songhay dit : « quand un menteur te devances chez ta propre maman, tu n’auras pas ta part de gouter »

Reines d’Afrique : Telle est votre position par rapport à ce film qui est pourtant salué au niveau mondial comme un outil de compréhension de l’oppression djihadiste et du calvaire que cela a représenté pour la population de cette localité ?

Si le film est salué au niveau international comme outil de compréhension de l’oppression djihadiste et du calvaire de la population, je pense que les gens se flouent au niveau mondial car ce film est loin de montrer ce que nous avions vécu à Tombouctou (ou pas) pendant cette année d’occupation. Les gens se sont retrouvés du jour au lendemain sans aucun repère hiérarchique, administratif ou sécuritaire.

Ce n’était pas la charia, mais l’anarchie qui régnait, des femmes ont été enlevées et ont été violées à plusieurs reprises avant d’être remises à leurs familles pour être rejetées par leurs conjoints, plusieurs personnes ont été dépouillés de leurs biens, d’autres emprisonnés.

Dans le cas du jeune homme qui a été amputé d’une main alors que leur juge islamique avait réclamé une somme qui a été versée par la famille de la victime, cette fille qui a été fouettée le jour de la tabaski parce que « leur si gentils djihadistes » pensaient que son voile était trop transparent… c’est à n’en pas finir ! il est facile d’apprécier le beau paysage, le lyrisme ou même cette partie de foot avec un ballon invisible quand on vit à Paris ou même à Nouakchott, quand un adolescent parce qu’armé, du bon camp et de la bonne ethnie te confisque tout ce que tu as ordinateur, téléphone, montre, habits , argents et même tes amuse-gueule en plus des insultes qu’ il te crie en te mouillant avec sa salive…

Reines d’Afrique : Est-ce qu’il ya aussi des éléments de ce film que vous jugez intéressant en dehors de l’aspect critique qui est fondamental pour soigner l’image de marque de la cité des 333 saints ?

Oui que Tombouctou est une ville de savoir et de tolérance où les femmes se battent tous- les jours.

Reines d’Afrique :En tant que blogueuse que diriez-vous à Abderahmmane Cissakho si vous le rencontrez aujourd’hui ?

Si je rencontrai Sissakho, je lui dirai juste un proverbe : « on ne peut savoir lequel chante le mieux si on n’écoute pas le timbre de son de deux oiseaux »

Reines d’Afrique : Selon vos constats est- ce que le film « Timbuktu » a eu un impact ou non sur la vie des habitants de Tombouctou et du nord du pays en général ?

Je n’ai pu constater cet impact en tout cas, beaucoup ne savent même pas que ce film existe ; ici on sort d’une mauvaise saison pluvieuse, il y a encore des bandits armés et autres des coupeurs de route, des engins explosifs et même des kamikazes alors que la population essayent de reprendre sa vie d’avant « cette occupation-là ».

The following two tabs change content below.
Traoré Awa
Je suis une malienne en Mauritanie,où j'ai été honorée comme une des mauritaniennes d'exception 2015, bref une mauritanienne de cœur. Suivez moi sur "Reines d'Afrique" où la parole est féminine et universelle.

7 réflexions sur “Le film de Abderrahmane Cissakho « Timbuktu » choque la blogueuse Fatouma Harber

  1. « Quand on fait une fiction pour échapper aux critiques qu’un documentaire aurait fait naitre on se contente de dire que c’est une fiction, on ne chante pas partout que c’est basé sur la réalité et qu’une ethnie que vous avez choisi de défendre  »
    Voila qui est clair !
    Je peux dire sans me tromper que je suis parmi ceux qui ont lu le plus de critique sur ce film, ah ah… sérieux, quand mon amie Fatou a publié sa critique, j’ai été surpris par la voix dissonante, vu que tous les médias (français) que je lisais à l’époque de Cannes étaient élogieux… ça, c’était à Cannes.
    Ensuite, il y a eu la nomination aux Oscars et de nouveau, le débat a été lancé, cette fois, Fatouma gagnait quelques alliés. Trois en réalité. Un critique de Telerama, plutot mitigé sur l’ambition du film, un autre d’Atlantico carrément opposé à la « mascarade », et puis un autre dont je ne me souviens plus… bref, une pierre dans l’océan. RFI a dédié une journée à Sissako, ça fera date dans l’histoire de cette radio, le cinéaste est meme intervenu dans « Radio Foot »…
    J’ai demandé à une voix neutre, et pas des moindres, puisqu’il s’agoit de A.O Scott d’écrire à ce sujet, il le fera en janvier quand le film sort aux USA… voyons voir ce que cela donnera… dans tous les cas, je note quand même que du point de vue de sa formation, Sissako a été à Moscou … quand même… donc, techniquement, on ne lui reprochera que peu de chose… politiquement, c’est autre chose… à suivre !
    😉

  2. Je viens d’aller voir le film et je comprends mieux la critique de Faty. Sans avoir mis un pied a Tombouctou je veux bien te croire ma chere lorsque tu dis que ce film ne retranscris pas la réalité que vous avez vécu. Le film est très beau estetiquement mais un peu « perché à mes yeux » dans le sens où l.on retrouve des scènes improbables : les djihadistes en train de se donner des conseils sur le tournage des videos de propagande’, ou encore l’un d’entre eux qui execute un numero de dans contemporaine en cachette. On voit tout de meme dans le film la force et la résistence des femmes tonbouctiennes dans cette occupation.

  3. Le soleil de Tombouctou ( Partie I : Fatalité)

    « Le soleil se lève alors sur cette terre rougeâtre et désolée,
    Où pauvres hères et drôles languissent dans la pulvérulence,
    La vie s’est éteinte à tout jamais dans leur regard oppressé,
    Comme elle s’est éteinte sur ces dépouilles battues à outrance,

    Le soleil éclaire ces faces où subsiste une étoile d’espérance,
    Sa lueur s’attarde sur le visage d’un vieillard débonnaire,
    Embrassant ses oripeaux loqueteux qui respirent la misère,
    Il lui manque cinq doigts, c’est eux, eux! Dans leur violence.

    A quelque encablure de là, sur un étroit lopin desséché,
    Un enfant enturbanné et moribond engloutit la terre,
    Sa mère le fixe d’un œil vitreux, bras croisés sur sa nudité.
    Elle ne marque aucune surprise, les pieds dans la poussière.

    Tous sont dans l’expectative d’une liberté volée,
    Nul sourire n’illumine le masque terne de leur visage,
    Les bourreaux, non loin, ne cessent jamais de les surveiller,
    Tout de noir vêtus et leurs armes pointées, écumants de rage.

    Le soleil est la seule joie et la seule distraction de ces opprimés,
    Le soleil est leur espoir de vivre, il les accompagne chaque jour.
    Chaque jour, il les baigne de sa flamboyance telle l’Amour,
    Chaque jour, il les quitte pour les laisser à la nuit et à la cruauté. »

    ‘Voyage entre Cieux et Enfers’; tous droits réservés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *