Vie associative : le changement doit venir des jeunes

Article : Vie associative : le changement doit venir des jeunes
Étiquettes
24 novembre 2020

Vie associative : le changement doit venir des jeunes

Pourquoi s’engager ? Comment le faire ? Pour qui le faire ? Autant de questions qui nous traversent l’esprit au moment de dire oui à la vie associative. Cette expérience de volontariat, qui nous met au service de noble mission humanitaire, est un tremplin vers la vie associative.

Contrairement à mes années d’études à la facultés de lettre de l’université de Nouakchott, maintenant, je vois des jeunes qui s’activent de plus en plus dans la vie associative. Une occasion d’apprentissage et d’expression citoyenne, et non une perte de temps comme on le pensait à une époque.

Les atouts de la vie associative

Ils sont de plus en plus nombreux, ces jeunes volontaires qui ont pris l’engagement de donner un peu de leur temps aux services de causes sociales afin de servir les autres. Les jeunes prennent conscience qu’une « seule main ne peut pas applaudir », comme on le dit en bambara car chaque geste, chaque voix compte. Le jeune découvre son devoir citoyen, il sait désormais que l’Etat à lui seul ne peut pas tout faire. Il découvre que les populations peuvent déclencher des pistes de solutions face aux besoins de la cité. Il découvre la polyvalence, un atout pour sa vie active.

Pour moi, la vie associative forge des rêves et constitue un moyen d’engagement social précoce, un acquis vers la vie active. Ce sont des gestes simples, parfois moins coûteux, qui nous permettent d’offrir et de porter de larges sourires aux gens. Un leitmotive de la jeune association Bella, qui s’active depuis deux ans pour répondre à des besoins vitaux sur le plan de la santé, l’éducation, le social… Bref, le bien-être en Mauritanie. Récemment, cette association a tenu une rencontre d’information sur l’importance de la vie associative, avec des ténors de la vie associative et du développement personnel comme « coach national des jeunes » Patrick Elis, Khally Diallo , Sidi Bollé.

L’engagement associatif pour forger son futur

C’est dans la fleur de l’âge que des rêves les plus originaux, les plus fous prennent racines. Le goût de l’action peut se transmettre à un âge où le jeune lance ses premières armes de construction sociale. En s’engageant sur le terrain, on se fait des amis, on regarde de près les réalités du quotidien.

C’est le don de soi. Pour inscrire son nom dans l’histoire collective, chaque brique compte dans la construction de l’édifice. Comme on dit chez moi, une seule main ne peut pas applaudir. La vie associative favorise le développement personnel, qui est aussi un tremplin vers l’épanouissement collectif.

Les nouveaux adhérents ne doivent pas être des spectateurs au sein de l’association

Les nouveaux membres qui s’engagent dans la vie associative ne doivent pas être des suiveurs, des faiseurs de roi. Ils doivent être des innovateurs, des constructeurs de changement. Ils doivent apporter du sang neuf dans la gouvernance de l’association, au plan interne et externe. Ils doivent proposer de nouvelles gestions et rompre parfois avec le monopole du pouvoir du président de l’association. On s’associe pour qu’une équipe fusionne ses idées, son savoir-faire et savoir-être pour que chacun contribue à donner vie à cette synergie associative porteuse de changement. Même si vous êtes nouveau, votre voix compte.

Partagez

Commentaires