L’association des Femmes battantes se mobilise en Mauritanie contre les violences domestiques

Article : L’association des Femmes battantes se mobilise en Mauritanie contre les violences domestiques
1 octobre 2020

L’association des Femmes battantes se mobilise en Mauritanie contre les violences domestiques

Pour mettre la lumière sur son challenge en Mauritanie, l’Association malienne des Femmes battantes a organisé une rencontre d’information le 27 septembre dernier. Cette structure solidaire, lancée il y a plus d’un an sous la houlette de la dynamique Fatouma Coulibali, entend œuvrer pour la protection des migrantes maliennes en Mauritanie. L’occasion de sensibiliser de nombreux jeunes sur les risques liés au travail domestique.

Gagner l’adhésion des hommes dans l’association

Cette organisation, qui se veut un trait d’union entre les deux pays, veut participer à la lutte contre la maltraitance des filles domestiques au nom du droit à la protection, via des actions de sensibilisation et de plaidoyer afin d’éradiquer le calvaire de certaines filles. Tout en incitant les migrantes à la connaissance et au respect du droit mauritanien, cette association plaide pour que ses compatriotes puissent venir travailler et gagner leur vie sans entrave.

L’Association malienne des Femmes battantes souhaite l’adhésion des hommes en son sein. Elle entend apporter des conseils et assistance à ses compatriotes victimes, souvent, maltraitances durant leur séjour migratoire.

« On ne doit pas ‘taire’ les violences »

La présidente de cette association juge que le soi-disant contrats que des filles  font par le biais d’intermédiaire depuis Bamako est « nul » et constitue un canal d’exploitation de ces migrantes, victimes de ce circuit.  Pour sa part, la présidente de l’association pour la promotion et la protection des droits des femmes Oumou Khairy Kane, favorable à une coalition pour lutter contre ce problème, estime qu’on ne doit pas « taire » les violences faites à ces filles, témoignant que « nous savons que vous êtes exploités« . Elle demande ainsi l’application stricte des conventions ratifiées par la Mauritanie en matière de protection des personnes vivant sur son sol.

Cette association veut alerter sur ce business florissant afin de contribuer à protéger ces filles en quête de lendemain meilleurs, se retrouvant parfois entre le marteau et l’enclume.

Partagez

Commentaires