Hommage de Main dans la Main(MDM) à « des hommes qui ont servi la fraternité » en Mauritanie

Étiquettes
16 mai 2018

Hommage de Main dans la Main(MDM) à « des hommes qui ont servi la fraternité » en Mauritanie

Nouakchott, Dimanche 13 mai au musée national, un hommage posthume a été rendu  à 5  hommes, 5 personnalités  ayant œuvré pour la fraternité, la diversité, bref l’unité en Mauritanie.

Hommage Colloque fraternité 2018/crédit photo Main dans la Main

Un hommage, une reconnaissance initiée par Main dans Main qui compte en son sein près de 1000 membres « actifs » et « non cartables » nous a confié Imam Abdoullah  Sarr, le Secrétaire  général de cette association.

Pour avoir prôné tout au long de leur vie, des valeurs d’entre aide, d’écoute, de partage, de pluralité, de tolérance, de travail, d’engagement,  la MDM a rendu « hommage à des personnalités ayant propagé la fraternité », en présence des proches de ces personnalités ayant « posé des jalons solides au service de l’unité » de ce pays. Des hommes ayant laissé « un norme et pesanteur vide » a  témoigné dans des instants solennels, Beddou Saleck président de cette structure associative qui tenait du 10 au 13 avril, son 5e colloque consacré cette année à la fraternité dont le thème était « Pour que vous vous aimiez ». Ainsi un hommage « mérité » a été rendu pour ces des personnes pour leur « contribution remarquable » à la fraternité dont :

 – Fall, Thierno, fondateur d’une des 1er écoles privées de la Mauritanie « Al baraka », qui a consacré sa vie au sport et à l’éducation des enfants mauritanien, qui incarnait « une rigueur et simplicité » exceptionnelles.

– Said Ould Hamody, fils de notable originaire de l’Adrar, ancien diplomate, journaliste puis président entre autre du Manifeste des Haratines pour avoir a œuvré pour une Mauritanie plurielle et unie.

– Sidi Mohamed Sidi Lamine , Président diaspora mauritanienne en Chine

– Abdoulaye Diakité, membre fondateur de Main dans la Main, ressortissant de la ville de Boghé, « un hommage très pieux, honnête, sage, régulateur du groupe » confie  un proche pour qui « on ne peut pas s’aimer sans se côtoyer ».

– Cheikh Ould Belamech, poète de la liberté dont « la poésie a retenti chez les révolutionnaires syriens »

Pour comprendre, « La fraternité commence par se connaître, se familiariser, se comprendre et s’entre aider » , des étapes vers l’amour du prochain a expliqué l’Imam Sarr. La fraternité  « chantée » à MDM poursuit t-il œuvre pour que « les mauritaniens soient des frères au sens islamique du terme, cette fraternité n’a de finalité que l’amour ». Une valeur que les uns et les autres sont appelés à propager en dehors de ce colloque dont la clôture s’est tenue le 13 mai dernier à la Case , sous la houlette de main dans la Main , qui doit aussi célébrer ces femmes mobilisées pour la fraternité en Mauritanie.

Awa Seydou Traoré

Partagez

Commentaires