La Mauritanie un salon de la communication et de l’industrie graphique

OPPAFRICA sous la houlette d’une femme d’exception, Maro Diagana a consacré recenment deux jours de travaux  au salon de la Communication et l’Industrie graphique en Mauritanie.

Maro Diagana Présidente OPPAFRICA/ Awa Seydou

Une opportunité d’echange de retrouvailles des acteurs de ce secteur de l’information en plein essor au pays des poètes.

OPPAFRICA ex Mauritania Business Center s’est du 23 -24 avril dernier le premier Salon de la Communication et de l’Industrie Graphique( SCIG) au palais des Congrès de Nouakchott.Un événement dont l’ouverture officiel a été effectué en présence de Dr Sidi Ould Salem, Ministre de l’Enseignement Supérieur de la Recherche Scientifique et des Technologies de l’Information et de la communication . Une présence qui met en exergue l’enjeu de la collaboration entre le secteur privé et l’Etat au moment où on assiste à une floraison de démarche entrepreunariale notamment chez les femmes et les jeunes.

L’idee de cette plateforme est de vulgariser de meilleures opportunités d’affaires à travers un vaste réseau d’ échange entre professionnels , contribuer au voyage d’affaires, booster la société de l’information , booster l’économie et promouvpour  la destination mauritanie.

video-portrait-mande-migrant-entrepreneur-mali-mauritanie

Vidéo : portrait de Mandé, migrant devenu entrepreneur en Mauritanie

Je suis allée a la rencontre de Mandé, un migrant malien génie des pneus résidant en Mauritanie depuis une dizaine d’années.

Mandé, réparateur de pneu / crédit photo Awa Seydou

Un homme passionné et engagé dans son travail dont le courage force le respect, je vous assure. Ayant tenté de partir en Europe, sans succès, il entend désormais servir l’Afrique par ses compétences afin de contribuer au développement local, à travers le business des pneus. N’ayant jamais fait l’école comme il le clame très souvent, il s’est toujours débrouillé pour joindre les deux bouts comme tout bon aventurier. Portrait d’un entrepreneur invisible qui entend transmettre le flambeau de son travail, un métier porteur qu’il conseille aux jeunes.

Mauritanie: un coup de pousse à la musique reggae

Pour booster le reggae au pays de Ceeppe( célèbre reggeaman national), un plateau a été organisé récemment pour sortir cette musique de l’ombre à travers une prestation de 13 artistes dont une reggae woman de Mauritanie(Gorda) et du Sénégal( Sister Ouly).

RIM /Plateau reggea/ crédit Awa Seydou

Un plateau reggae née d’une synergie collective de l’institut Français de Mauritanie( IFM), Elvajer, OIM( Organisation Internationale pour les Migrations), les Échos du Sahel.

Un show suivi pour vous par la reine que je suis , savourer ces instants reggae sans modération en vidéo:
https://youtu.be/G962z9OI4Go

Handball: la Mauritanie au rythme du Challenge Trophy

Le challenge trophy de la zone 2 se tient en Mauritanie depuis la fin du mois de mars. Une compétition qui réunit sept pays et qui prône le handball féminin.

Mauritanie: Challenge Trophy/Awa Seydou

Assister à une telle rencontre me rappelle une époque de ma jeunesse où je pratiquais différents sports notamment le foot et l’athlétisme. Des moments de passion où je vivais le développement personnel à travers le sport, une discipline vecteur d’engagement.
Ce challenge, soutenu par la fédération internationale de Handball est une belle occasion pour la fédération mauritanienne de valoriser son expertise. La Mauritanie accueille en effet les délégations venant de Gambie, du Sénégal, du Capt vert, de la Guinée Biseau, la Guinée Conakry, de la Sierra Leone, sans oublier la Mauritanie.
Ces rencontres visent à donner plus de visibilité au Handball féminin et à rendre ce sport incontournable m’a confié Sylla Yerim, expert de la fédération internationale de Handball. Selon lui, la Mauritanie a fait un travail « colossal » pour l’ancrage de ce sport dans le pays, cela anécessité une logistiques lourde, des financements et des salles adaptées.
Touré Djelika, de la Guinée, avec qui ‘j’ai échangé en bambara en guise de salutations, est une semi pro de 19 ans. Elle était présente, détendue en compagnie de ses coéquipières. Elle apprend aussi des expériences vécues durant ce challenge où son équipe vise la finale, « on bosse pour y arriver » m’a-t-elle dit sur un ton confiant.
Une invitation au challenge des jeunes filles en quêtes de sensations Handball !