Médias mauritaniens : les atouts de la vidéo mobile

Le journalisme en Mauritanie vibre désormais au rythme de la vidéo mobile !
La vidéo mobile est un nouveau concept qui fait aujourd’hui ses premiers pas et qui révolutionne le 4e pouvoir de la république Islamique de Mauritanie.
Dans cette courte vidéo, des confrères témoignent des attraits et des enjeux de ce nouvel outil : cela change vraiment leur façon de travailler. L’expert média Philique Couve (que nous avons rencontré à l’occasion d’une formation en avril à Nouakchott) nous a lui aussi livré ses impressions sur la vidéo mobile. Découvrons donc ce support de communication désormais en vogue au pays de Mohamed Sneiba, un des ténors du blogging en Mauritanie.

Hommage de Main dans la Main(MDM) à « des hommes qui ont servi la fraternité » en Mauritanie

Nouakchott, Dimanche 13 mai au musée national, un hommage posthume a été rendu  à 5  hommes, 5 personnalités  ayant œuvré pour la fraternité, la diversité, bref l’unité en Mauritanie.

Hommage Colloque fraternité 2018/crédit photo Main dans la Main

Un hommage, une reconnaissance initiée par Main dans Main qui compte en son sein près de 1000 membres « actifs » et « non cartables » nous a confié Imam Abdoullah  Sarr, le Secrétaire  général de cette association.

Pour avoir prôné tout au long de leur vie, des valeurs d’entre aide, d’écoute, de partage, de pluralité, de tolérance, de travail, d’engagement,  la MDM a rendu « hommage à des personnalités ayant propagé la fraternité », en présence des proches de ces personnalités ayant « posé des jalons solides au service de l’unité » de ce pays. Des hommes ayant laissé « un norme et pesanteur vide » a  témoigné dans des instants solennels,  Beddou Saleck président de cette structure associative qui tenait du 10 au 13 avril, son 5e colloque consacré cette année à la fraternité dont le thème était « Pour que vous vous aimiez ». Ainsi un hommage « mérité » a été rendu pour ces des personnes pour leur « contribution remarquable » à la fraternité dont :

 – Fall, Thierno, fondateur d’une des 1er écoles privées de la Mauritanie « Al baraka »,  qui a consacré sa vie au sport et à l’éducation des enfants mauritanien, qui incarnait « une rigueur et simplicité » exceptionnelles.

– Said Ould Hamody, fils de notable originaire de l’Adrar, ancien diplomate, journaliste puis président entre autre du Manifeste des Haratines pour avoir a œuvré pour une Mauritanie plurielle et unie.

– Sidi Mohamed Sidi Lamine , Président diaspora mauritanienne en Chine

– Abdoulaye Diakité, membre fondateur de Main dans la Main, ressortissant de la ville de Boghé,  « un hommage très pieux, honnête, sage, régulateur du groupe » confie  un proche pour qui « on ne peut pas s’aimer sans se côtoyer ».

– Cheikh Ould Belamech, poète de la liberté dont « la poésie a retenti chez les révolutionnaires syriens »

Pour comprendre, « La fraternité commence par se connaître, se familiariser, se comprendre et s’entre aider » , des étapes vers l’amour du prochain a expliqué l’Imam Sarr. La fraternité  « chantée » à MDM poursuit t-il œuvre pour que « les mauritaniens soient des frères au sens islamique du terme, cette fraternité n’a de finalité que l’amour ». Une valeur que les uns et les autres sont appelés à propager en dehors de ce colloque dont la clôture s’est tenue le 13 mai dernier à la Case , sous la houlette de main dans la Main , qui doit aussi célébrer ces femmes mobilisées pour la fraternité en Mauritanie.

Awa Seydou Traoré

Célébration semaine de l’Europe : panel sur le secteur de la pêche en Mauritanie

Dans le cadre des activités de célébration de la semaine de l’Europe en Mauritanie sous la houlette de la délégation de l’Union Européenne, un panel consacré à l’état des lieux du secteur de la pêche(représentant 75% de valeur de l’exportation nationale) s’est tenu le 10 mai dernier au siège de l’Union nationale du Patronat.

crédit photo

Une occasion de passer en revue la problématique de ce secteur et de présenter aussi le nouveau programme dont  le BIT (Bureau International du Travail) est partenaire  dénommé « Promo pêche » d’une durée de 4 ans. Ce programme dont un des volets est géré par le BIT  a pour objectif de « favoriser la création de travail décent dans le secteur  de la pêche artisanale à tous   les niveaux de la chaîne de valeur  » a déclaré Fédérico Barroeta, Point focal Bureau International du Travail en Mauritanie. Une façon pour ce projet de booster ce secteur potentiel à qui « on essaie de donner de la valeur ajoutée aux produits » en plus de la tenue des formation et d’accompagnement de ce domaine a mentionné cette source tantôt citée.

Durant ce panel, la problématique à savoir « comment  concilier l’essor commercial du secteur de la pêche à grande échelle et l’inclusion des acteurs vulnérables ? » était au menu des discussions dont « la franchise » des échanges a été saluée par une participante.

Maux du volet pêche

Améliorer la production de base,  modernisation des outils de travail, amélioration conditions travail des agents du secteur , déficit travail décent, manque d’encadrement, de suivi « sérieux », concurrence déloyale, manque  d’accès des acteurs au financement etc… voilà des maux qui perturbent encore ce domaine .

Des Attentes

Pour booster ce domaine en quête de modernisation, selon Moctar Ebnou ABDEM Directeur général Manager DELTA –RIM, « la production doit être mise à niveau » rappelant que c’est un point focal de la chaîne.

Pour sa part, Cherif Haidara de la Fédération nationale de la Pêche Artisanale a plaidé pour  « une politique durable » de ce secteur soulignant au passage « on a tous les moyens pour un vrai partenariat ».

Rokhaya Mbodj, gérante de  centre de transformation de produit de poisson , (depuis 2010 où travaillent 135 femmes) souhaite obtenir l’agrément de ce centre qui « réponds aux normes demandées » d’après elles. Elles travaillent pour répondre aux sollicitations de la clientèle, en attendant d’avoir leur autonomie, des formations et renforcement de capacité.

 Des participants ont par ailleurs plaidé pour « des solutions bénéfiques aux citoyens (…) et des résultats d’impact »  d’initiatives visant le développement de ce secteur.

Promo Pêche, une solution aux maux de ce secteur ?

 Le programme Promo pêche répondra t-il à ces attentes ? L’avenir le dira en attendant,  les priorités de ce programme sont notamment : l’extension de la protection sociale, l’Amélioration conditions travail de la pêche artisanale, l’Amélioration des formations et compétences. Un projet dont le ministère de la pêche, de l’Emploi, l’ANAPEJ (Agence nationale de Promotion de l’Emploi des Jeunes) entre autre sont des partenaires. Pour rappel, le volet géré par le BIT dans le cadre de ce projet est de 12millions d’Euro.

Awa Seydou Traoré

Mauritanie : Appel à candidature au Prix Cheikh O. Ndiaye 2018

Le prix, organisé par le Club des Jeunes Journalistes (CJJ) rend hommage au premier président du Club, Cheikh Oumar Ndiaye, à notre confrère Ahmed Taleb et au président de la fondation Errahma, Ahmeddou Ould Abdel Aziz. Les trois nous ont quittés un jour du 22 décembre dans un accident de la route alors qu’ils étaient en mission humanitaire.

Feu Ahmed Taleb , Ahmeddou Ould Abdel Aziz, Cheikh Oumar Ndiaye/crédit photos

Le CJJ vise la promotion de l’esprit unitaire et inclusif de ces trois jeunes mauritaniens disparus à la fleur de l’âge. Le Prix Cheikh Oumar Ndiaye – qui est à sa deuxième édition –  vise aussi à encourager le journalisme de qualité.

Les lauréats seront récompensés à l’occasion du 3 mai, Journée internationale de la liberté de la presse.

Le dépôt de candidature Prix Cheikh Oumar Ndiaye 2018 est ouvert du 16 Avril au 02 Mai 2018 à 12h00 GMT.

Les postulants doivent présenter:

  1. une production journalistique télé, radio, presse écrite ou en ligne ; (Pour chaque catégorie, il sera décerné trois prix);
  2. en Arabe, Français, Poulaar, Soninké ou en Wolof;
  3. en rapport avec la Mauritanie;
  4. publié sur un media, y compris étranger;
  5. jamais été présenté au jury du prix;
  6. et envoyé avant la date limite à l’adresse cette adresse (prixchek18@gmail.com) ou au siège de Radio Nouakchott Libre.

Source :Club des Jeunes Journalistes(CJJ)