Mauritanie: l’envol du football féminin

L’histoire du foot féminin est entrain de s’écrire lentement mais sûrement. Oui la pionnière Thiolito et ses coéquipières sont entrées dans les annales du football féminin national, comme étant les premières à défendre les couleurs nationales le 30 juillet dernier, après des années de dur labeur dans l’ombre pour la reconnaissance de cette discipline longtemps l’apanage des hommes. Une première sortie sous le regard attentif et exigent du public assoiffé de buts, comme en témoignait l’ambiance de jeu.

Mauritanie face Djibouti/Crédit photo Awa Seydou Traoré

Il a fallu batailler pour l’ancrage du foot féminin par la passion, la patience, le savoir faire, l’engagement et la vision afin de pousser ce sport féminin vers son envol. Mais le train est en marche.

Après un premier match officiel amical perdu face à Djibouti (3-1) fin juillet dernier, les Mourabitounes ont séjourné depuis début août en Espagne dans le cadre du tournois COTIF. Un pas dans la cour des grands pour les mauritaniennes déterminées. Même si nos joueuses ont été battues par des scores fleuves lors de cette compétition, l’essentiel d’abord, pour elles, est de franchir ces étapes des débuts difficiles, pour parvenir à des performances ensuite. La défaite est une étage du succès. Il faut surtout garder un moral de fer pour aller loin, continuer à soigner son jeu et surtout éviter les querelles internes pour mieux avancer.

On retiendra que le 30 juillet comme le 1er match officiel des Mourabitouns femmes contre Djibouti dans une rencontre internationale amicale, où Fatou Diop a inscrit son nom dans les annales de ce sport en marquant le 1 but mauritanien via un penalty .

Equipe mauritanienne de foot féminin/crédit photo FFRIM

Un travail rendu possible par la FFRIM, avec la dynamique Oumou Kane, en charge du département foot féminin, du coach et ancien international Abdoulaye Diallo alias « Courtaud ». La suite du COTIF pourra certainement booster la performance du jeu de cette équipe féminine dont rêve d’intégrer désormais de nombreuses jeunes filles qui s’entraînent chaque soir sur des terrains de quartiers populaires ici au pays des millions de poètes.