Célébration semaine de l’Europe : panel sur le secteur de la pêche en Mauritanie

Dans le cadre des activités de célébration de la semaine de l’Europe en Mauritanie sous la houlette de la délégation de l’Union Européenne, un panel consacré à l’état des lieux du secteur de la pêche(représentant 75% de valeur de l’exportation nationale) s’est tenu le 10 mai dernier au siège de l’Union nationale du Patronat.

crédit photo

Une occasion de passer en revue la problématique de ce secteur et de présenter aussi le nouveau programme dont  le BIT (Bureau International du Travail) est partenaire  dénommé « Promo pêche » d’une durée de 4 ans. Ce programme dont un des volets est géré par le BIT  a pour objectif de « favoriser la création de travail décent dans le secteur  de la pêche artisanale à tous   les niveaux de la chaîne de valeur  » a déclaré Fédérico Barroeta, Point focal Bureau International du Travail en Mauritanie. Une façon pour ce projet de booster ce secteur potentiel à qui « on essaie de donner de la valeur ajoutée aux produits » en plus de la tenue des formation et d’accompagnement de ce domaine a mentionné cette source tantôt citée.

Durant ce panel, la problématique à savoir « comment  concilier l’essor commercial du secteur de la pêche à grande échelle et l’inclusion des acteurs vulnérables ? » était au menu des discussions dont « la franchise » des échanges a été saluée par une participante.

Maux du volet pêche

Améliorer la production de base,  modernisation des outils de travail, amélioration conditions travail des agents du secteur , déficit travail décent, manque d’encadrement, de suivi « sérieux », concurrence déloyale, manque  d’accès des acteurs au financement etc… voilà des maux qui perturbent encore ce domaine .

Des Attentes

Pour booster ce domaine en quête de modernisation, selon Moctar Ebnou ABDEM Directeur général Manager DELTA –RIM, « la production doit être mise à niveau » rappelant que c’est un point focal de la chaîne.

Pour sa part, Cherif Haidara de la Fédération nationale de la Pêche Artisanale a plaidé pour  « une politique durable » de ce secteur soulignant au passage « on a tous les moyens pour un vrai partenariat ».

Rokhaya Mbodj, gérante de  centre de transformation de produit de poisson , (depuis 2010 où travaillent 135 femmes) souhaite obtenir l’agrément de ce centre qui « réponds aux normes demandées » d’après elles. Elles travaillent pour répondre aux sollicitations de la clientèle, en attendant d’avoir leur autonomie, des formations et renforcement de capacité.

 Des participants ont par ailleurs plaidé pour « des solutions bénéfiques aux citoyens (…) et des résultats d’impact »  d’initiatives visant le développement de ce secteur.

Promo Pêche, une solution aux maux de ce secteur ?

 Le programme Promo pêche répondra t-il à ces attentes ? L’avenir le dira en attendant,  les priorités de ce programme sont notamment : l’extension de la protection sociale, l’Amélioration conditions travail de la pêche artisanale, l’Amélioration des formations et compétences. Un projet dont le ministère de la pêche, de l’Emploi, l’ANAPEJ (Agence nationale de Promotion de l’Emploi des Jeunes) entre autre sont des partenaires. Pour rappel, le volet géré par le BIT dans le cadre de ce projet est de 12millions d’Euro.

Awa Seydou Traoré

The following two tabs change content below.
Traoré Awa
Je suis une malienne en Mauritanie,où j'ai été honorée comme une des mauritaniennes d'exception 2015, bref une mauritanienne de cœur. Suivez moi sur "Reines d'Afrique" où la parole est féminine et universelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *