GRET: zoom sur le fourneau amélioré Fayda du projet FARIM2

« Fourneau Fayda, une production locale, une fierté nationale », tel est le slogan de ce projet FARIM 2 du Gret d’une durée de trois ans et qui vise à lutter contre : « la précarité énergétique et la déforestation par la diffusion et le développement d’une offre pérenne de fourneaux améliorés en milieu urbain en Mauritanie ». Ce fourneau est protégé pour une durée de 10 ans renouvelable par l’Organisation Africaine de Propriété Intellectuelle(OAPI). Pour mieux connaitre ce foyer, nous nous sommes entretenus avec Salimata Ba chargée de marketing au projet Farim2 du Gret.

Salimata Ba Founeau fayda/crédit photo Awa Seydou

Awa Seydou : Parlez-nous de ce fourneau amélioré du GRET

Salimata Ba : C’est un fourneau, une production locale « une fierté nationale » comme on dit c’est un produit fait en Mauritanie par des mauritaniens, nous avons un atelier école à Dar el beida, qui a été ouvert, fonctionnel et qui produit depuis le mois de juillet dernier de manière autonome. Ces fourneaux sont faits par des jeunes qui sortent du centre de formation de Caritas et centre de perfectionnement et formation professionnel, donc ce sont des jeunes qui sont soudeurs à la base mais qui sont formés à la spécialité du fourneau fayda, produit pour répondre aussi à un besoin local.

Awa Seydou : Quels sont les atouts de ces fourneaux ?

Salimata Ba : Il a plusieurs atouts. Il est économe grâce à sa chambre de combustion qui ne prend que maximum 600 grammes de charbon et sa porte à trois niveaux d’ouverture permettant une régularisation de l’entrée d’air.

Il est sûr : la sécurité de la ménagère est garantie car la jupe n’est pas en contact direct avec le feu.

Durable : il dure plus de deux ans, contre moins dune année pour les fourneaux classiques.

Awa Seydou Traoré : Comment les citoyens ont accès à ce produit ?

L’ONG n’ayant pas vocation à vendre, le GRET fait un travail d’appui auprès des organisations de quartier en vue de créer une filière qui sera pérenne. Nous travaillons avec des coopératives, des mutuelles, associations pour mieux intégrer le tissu social. Le fourneau coûte 6500 UM à 7000 UM. Le système des tontines permet aux plus démunis d’accéder à FAYDA.

Awa Seydou Traoré : le coût n’est –il pas cher pour le citoyen lambda ?

Salimata Ba : Il peut être cher pour d’aucuns. Des études nous ont montré que 25% de la population de Nouakchott utilise le charbon de bois quotidiennement. La consommation moyenne de ces familles est de 2,5 kg de charbon par jour. Ce fourneau permettra à l’utilisateur/l’utilisatrice de faire une économie de plus d 8000 UM en un seul mois. Vue sous cet angle, l’investissement vaut le coût.

Awa Seydou Traoré : Il va falloir miser sur la sensibilisation d’où votre présence au marché hebdomadaire de Zeinart ?

Oui, Zeinart est une occasion.Il faut beaucoup de sensibilisation et à tous les niveaux. Toutes les occasions sont à saisir pour connaitre fayda pour que ceux qui en ont besoin puissent connaitre et avoir accès.

Propos recueillis par Awa Seydou Traoré

 

The following two tabs change content below.
Traoré Awa
Je suis une malienne en Mauritanie,où j'ai été honorée comme une des mauritaniennes d'exception 2015, bref une mauritanienne de cœur. Suivez moi sur "Reines d'Afrique" où la parole est féminine et universelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *