COP23 : La Mauritanie membre du Comité de Conformité Afrique

La Mauritanie comme tant d’autres pays du Sahel et de l’Afrique subit de plein fouet les changements climatiques. Lors de la 21e conférence à Paris, 195 pays ont aboutis à un accord sur la réduction du gaz effet de serre, afin de maintenir le réchauffement global à moins de 2° d’ici 2100. Les pays ont présentés leur plan d’action pour vulgariser la stratégie d’adaptation face aux changements climatiques et mieux encore contribuer à l’atténuation du réchauffement climatique avec comme ambition numéro UN, réduire la production du gaz à effet de serre.

Crédit photo H.K

Même si les pays africains ne sont pas reconnus comme les plus grands pollueurs dans le monde, cela n’a pas failli à l’engagement de chaque Etat, de présenter sa contribution pour réduire sa production de GES. A nos jours, la Mauritanie réitère son ambition de réduire les GES à hauteur de 22,30 % d’ici 2030, pour atténuer les risques des réchauffements climatiques. Cependant, le souhait de toutes les parties prenantes est que cet accord de réduction soit contraignant pour tous, afin que nul ne ternisse son engagement.

Lors de la COP23 à BONN en Allemagne, la Mauritanie a été désignée membre du Comité de Conformité Afrique qui se chargera de renforcer l’intégrité environnementale et soutenir la crédibilité et la transparence dans la réduction des gaz à effet de serre. La représentation Mauritanienne sera assurée par Monsieur Bâ Moussa Abdoulaye Conseiller juridique du Ministre de l’Environnement et du Développement Durable.

Ce comité se chargera de déterminer le respect des engagements pris par les parties dans leurs objectifs d’émissions, leurs exigences méthodologiques, et de déclarations pour les inventaires de gaz à effet de serre et toutes les conditions d’éligibilités. Ce comité sera dans une dynamique de facilitateur mais aussi de conseiller pour que chaque pays puisse respecter son engagement et promouvoir l’atténuation face aux risques des changements climatiques.

A la question du rôle et de l’apport de la Mauritanie dans ce comité, Bâ Moussa Abdoulaye répond : il faut préciser qu’il s’agit là d’un poste pour l’Afrique. C’est donc une représentation régionale et africaine. Tout au moins, on peut considérer que ce poste occupé par un mauritanien devrait amener vers plus d’exigences quant au respect des engagements de réduction de gaz à effets de serre. La Mauritanie étant l’un des pays les plus éprouvés par ce phénomène.

Cette instance fait partie des systèmes de conformités les plus complets et rigoureux pour un accord environnemental multilatérale.

Par Houleye Kane depuis Bonn (Allemagne)