Le savoir parler

Beaucoup de Maliens se souviendront de cette journée où leur nouvel ambassadeur les avait conviés  ce 19 juillet à une rencontre comme  sous l’arbre à palabres du bon vieux temps. Chacun avait carte blanche pour dire ses problèmes en tant que Malien de l’extérieur afin que ses maux soient transmis à qui de droit et solutionnés .

Crédit photo

Crédit photo

La salle de l’ancienne maison des jeunes stylée, aux couleurs du Mali, avait refusé du monde. Il ne manquait juste que le thé du « grin » pour faire comme au pays, mais l’esprit était aux actes et non aux commentaires.

L’assistance qui avait sans soute beaucoup choses sur le cœur était difficile à gérer tant les sujets tels que la carte de séjour, le bilan du Haut Conseil des Maliens de Mauritanie, le permis de travail étaient des mots sensibles dont il fallait parler en toute objectivité et connaissance de cause.

Alors que certains tenaient à ce que les propos soient traduits en bambara, le vieux Maiga, 82 ans et très fier de ses 46 ans de séjour en Mauritanie s’adressa à ses compatriotes en montrant sa carte d’adhésion du Haut Conseil des Maliens.

Lassé peut être par le manque d’engagement de ses frères dans la vie associative le patriarche en boubou version malienne laissa éclater sa colère. Il prononça la phrase qui fit partir beaucoup de monde : « Vous n’êtes pas des Maliens, vous n’êtes pas des Maliens !!! » Il fallut un bon moment avant que la salle ne retrouve son calme.

Quelque soit x ou y, tout homme doit savoir parler avec respect à ses semblables.

La longue marche des mauritaniennes pour la liberté (vidéo)

Je suis très émue d’avoir plongée ce matin dans mes archives où je suis tombée sur ce film dont j’ai prit part à la réalisation il ya plus de deux ans. Un documentaire toujours d’actualité de Noorinfo qui revient sur le  combat des mauritaniennes pour leur émancipation dans une république islamique où elles sont majoritaires sur le plan démographique alors qu’elles demandent sans cesse une forte représentativité dans les sphères de décisions à tous les niveaux.  Voici donc ce regard croisé de mauritaniennes sur le haut et les bas d’une lutte pour la liberté.

Coupure d’électricité à Nouakchott

Coupure, coupure!!! voilà ce qui rythme la vie des Nouakchottois ces derniers temps, où la chaleur bat son plein en plus . Il y a coupure de courant presque tous les jours, à plusieurs reprises par jour, une donne qu fait grincer des dents. Une situation qui énerve bon nombre de citoyens qui se plaignent que certains quartiers en sont plus victimes que d’autres. C’est vraiment difficile de garder son sang froid en cette période de forte consommation de ramadan où tous les regards sont tournés vers la Somelec.

Coupure/crédit photo

Coupure/crédit photo

A tout moment le courant là peut vous lâcher, il faut s’activer pour charger un portable, une camera, pour envoyer un mail etc… avant que le courant ne pars puisse qu’il n’y a pas un système d’alerte automatique des consommateurs dans ce sens sauf raison exceptionnelle .

Dès qu’il y a obscurité  on se précipite pour demander si c’est perso ou général. Ainsi dans notre quartier à Basra, on vit au rythme de cette expression » il n’ya pas courant encore, c’est général ou pas? ». Une recrudescence de coupure qui n’est pas sans conséquence à tous les niveaux de la vie . L’attente est parfois lassante, il ya quelques jours, on a fait près de 10h plongée dans le noir , une chose fréquente où la vie est rythmée par le départ et l’arrivée du courant. Mais à quand la fin de ces délestages, la Somelec manque de ressource qualifiée pour faire face à cette demande de 1er nécessité ? voilà une des nombreuses questions que je me pose sans cesse.

Bako Dagnon: Elle est de ceux dont la mort ne mangera pas le nom

Le temps s’est voulu clément sur Bamako :  il a tenu à être en berne pour toi et pour la foule éplorée qui t’a confiée ce matin au cimetière de Lafia-Aci. Ce temps adouci exprès a tenu à te rendre hommage aussi. Hommage pour ton talent qui a traversé les décennies ; hommage pour ta voix caractéristique celle d’une Oum Khaltoum mandingue ; hommage pour la sagesse particulière de ton art, le message de ton art qui est, en fait,  un livre de la vie et de la mort.

Décès de Bako Dagnon/crédit photo

Décès de Bako Dagnon/crédit photo

Nous sommes des millions auxquels tu manqueras, auxquels manqueront ta simplicité, ta tendresse et ta fidélité, signes d’une éducation familiale solide qui sait donner au prince et au sujet la même qualité de sourire. Personne ne restera. Nous n’avons qu’un temps pour rester, un autre pour partir. Mais les plus méritants auront tout le temps d’être présents et de rester par la force de l’œuvre. De ce petit monde de privilégiés dont la terre mangera la coque périssable mais jamais le nom, tu fais partie, Bako.

 

L’image immortelle est ce portrait  de toi barrant depuis hier le portail de Maliweb. Sans les  bijoux de la vanité, avec ton seul charisme soutenu par ce regard qui a toujours été le tien, serein et prenant la vie telle qu’elle se présente et non telle qu’on voudrait la soumettre. Parce que de Dieu la loi est la plus forte. Parce qu’à cette loi, personne ne dérogera.  La trame est tel que mêmes les semeurs peuvent partir en temps de récoltes. Merci pour le moment, merci pour les bons moments, Merci l’artiste et merci la soeur !

Adam Thiam (Mali)