La mauritanienne Mariem Mint Moud élue membre du Bureau exécutif de l’Union des femmes de Médias Arabes

Voilà une bonne nouvelle pour la presse mauritanienne et la fan de leadership féminin que je suis . Tenez- vous Mariem Mint Moud journaliste & écrivaine que j’ai rencontrée ce 27 mai d’une réunion du Club des Jeunes Journalistes (CJJ) a été élue il ya deux jours comme membre du Bureau exécutif de l’Union des femmes de Médias Arabes, une instance où la voix des femmes est portée. Une nouvelle fraiche qui j’espère contribuera plus au rayonnement de la femme mauritanienne et des femmes journalistes en général encore peu nombreuses au sommet des spheres de décision.

Mariem Moud

Ce bureau a été constitué au Caire (Egypt) sous la houlette de la présidence de Mme Asma Habechi. Mon confrère Kissima qui relaie cette nouvelle nous apprend donc que dans ce bureau, figure une élite de femmes de médias de l’Egypte et de plusieurs autres nationalités du monde arabe issues de diverses générations dont : l’écrivaine Soukeina Fouad, ex conseillère du Président de la république, de la grande journaliste radio Ainas Jowhar et des deux journalistes Ennahass et Dina Abderrahmanede l’Egypte, ainsi que de la présentatrice Algérienne Fatima Ben Houhou, la libanaise Gisèle Khouri, Antoinette Ja’ja’, la marocaine Fatimetou El NawaliAzr, Badriya Abdellatif, directrice de la radio du Bahreine, de la saoudienne Aymane Behaidara.

Une liste où fait désormais partie la mauritanienne Marien Mint Emoud, Présidente du réseau des femmes journalistes et Directrice de Publication de l’Agence El Hadaf El Ikhbariyya. Elle s’active via réseau des Femmes Journalistes dans la défense des droits des femmes  des enfants ainsi que réseautage des associations de presse dans un pays où le journalisme attire beaucoup de chômeurs.

L’amour : mon héritage à mes enfants

Je ne sais pas pourquoi des parents manquent parfois de chaleur affective pourtant nécessaire au bonheur de leur progéniture. Voilà un  triste fait qui me fait vraiment chaud au cœur, un cœur qui saigne au nom de tous ces enfants privés ou en manque d’amour parental, une source précieuse que l’on doit offrir à ses enfants au nom du droit au bonheur.

amour enfant billet

Oui je n’arrive pas à comprendre pourquoi peut-on , négliger, abandonner , être indifférent  ou insensible avec sa chair par ce qu’il était indésirable , ou je ne sais pour autre raison encore plus stupide. Être sans affection de maman et papa voilà un sort dont fait face souvent beaucoup d’enfant qui n’ont pourtant pas demandé à venir dans ce monde où la vie est un parcours de combattants.Je pense à cet enfant issu d’un mariage mais dont le père soldat a disparu dans la nature comme s’il n’a rien laissé derrière lui, un fait qui me touche profondément et me fait constamment dire: pourquoi?, comment peut -on être insensible et ne pas se soucier du sort de cet enfant qui demande juste , un appel, une présence, un regard et des soins affectifs des deux parents comme un rayon de soleil essentiel à l’émergence d’une plante.

Le fait que les parents soient séparés ou non n’est pas une raison pour laisser un enfant livré à lui même comme s’il est un fardeau, un mauvais sort, le fruit d’un mauvais souvenir,un accident de parcours comme aiment à le dire certains avec froideur.

Aucune raison ne justifie qu’on néglige un enfant qui a besoin chaque instant de notre amour, notre regard, notre douceur, notre coup de pousse pour s’épanouir comme il le faut.

Qu’il est bon de jouer, de choyer, de passer des moments, de rire avec son enfant, voilà une des richesses qu’on l’on peut offrir gratuitement à son enfant car pour moi l’argent ne peut pas remplacer l’amour qui est au début et à la fin de toute relation d’estime.

Priver l’enfant de l’affection parentale c’est lui causer une énorme souffrance, indescriptible, c’est lui priver de son droit,un élément vital pourtant pour son épanouissement personnel.

Ce qui est désolant c’est que cet type d’enfant en manque d’amour a des chances d’être un adulte insensible et habité par un sentiment de rejet. Une chose évitable si les deux parents malgré les différences qui les opposent parfois pouvaient mettre le cap avant tout sur l’intérêt suprême de l’enfant juste par amour, est ce trop demander?

Une stagiaire sénégalaise introuvable en France

Thié!!! il ya des gens qui aiment à la folie  la France. Je ne sais pas pourquoi des personnes pensent que la vie est toujours plus facile là bas qu’ici. Bref tous les moyens sont bons pour certains pour vivre l’eldorado comme si le pays de victor Hugo ne connais pas la crise financière mondiale.

DSCN9079

Ambiance Dakar/crédit photo Awa Seydou

Lors de ma récente mission au pays de la téranga (Sénégal), j’ai été surprise d’apprendre mai dernier qu’une jeune sénégalaise  du nom de Farimata partie pour un stage de réciprocité de six mois dans le cadre du projet WECCEE (échange en wolof) a disparu le 6mai à Paris à quelques heures de son retour au pays.

Le taxi man parti a sa rencontre pour la ramener à l’aéroport après une soirée de depart arrosée avec ses collègues français a eu le triste constat de voir la chambre vide de sa locataire la plus jeune des 9 sénégalais, elle  est jugée  calme très timide bref sans histoire comme dans un rêve.

Ce fut donc une grosse surprise et la pour la famille d’accueil et pour ses collègues qui ne s’attendaient pas à un tel scenario d’une jeune fille qui paraissait si attachée à sa douce téranga où Cool’eurs du Monde(France) et France Volontaires (Sénégal) accompagnent ce programme de réciprocité au nom de l’échange solidaire.

Alors  qu’une cérémonie d’accueil de ces stagiaires est prévue pour le 27mai prochain, cette disparition des radars de Farimata qui a supprimé même son compte face restera dans les annales et risque de durcir les conditions d’envoi des futurs candidats à un tel volontariat dans le cadre de ce projet pilote.

Déception des collègues  et des partenaires qui ont cru jusqu’au bout qu’un tel scenario n’allait  pas surgir vu que tout c’est déroulé bien pour les candidats à Dakar comme à Paris. Que s’est -il passé dans la tête , est -ce un acte programmé pour migrer en Europe où son beau frère est en Espace m’a -ton dit, on se demande aussi si elle a eu un coup de foudre là bas, bref toutes les pistes sont étudiées pour comprendre cette fuite de la sénégalaise Farimata (âgée de 20ans) dont la sœur dit n’avoir pas su la préparation de ce coup si bien monté.

A chacun son destin mais je préfère qu’on parte par la grande porte bref par la voie royale afin de revenir construire notre continent qui ne se développera pas sans nous.