Mauritanie: Arrestation du militant Biram Ould Dah Ould Abeid

Le pays vit au rythme de l’arrestation  de  Biram .O.D.O.A et compagnie intervenue le mardi 11 novembre dernier à Rosso, au sud de la Mauritanie. Cette nouvelle retentissante occupe la Une des causeries au pays des dunes de sables. Biram militant anti esclavagiste, qui s’est classé 2e lors de la dernière présidentielle mauritanienne est le Président de IRA( Initiative de résurgence de l’abolitionnisme en Mauritanie). Un mouvement non reconnu jusqu’à là mais qui parvient à promouvoir ses activités par un élan de communication.

L’arrestation est survenue alors que IRA et l’ONG Kawatal menaient une caravane contre l’esclavage foncier. Une mobilisation qui ne respecte les conditions requises pour son organisation selon une note officielle du Wali(gouverneur) du Trarza adressée au Président de l’Association Kawatal  dont voici une copie.

IRA CARAVANE INTERDITE

 Selon le site de Biram. O. D.O.A, « Huit militants de la lutte anti-esclavagiste en Mauritanie ont été inculpés et incarcérés à Rosso, dans le sud du pays, pour activités au sein d’une organisation non autorisée ».

Cette source rappelle aussi les autres chefs d’inculpation retenus contre ces derniers dont: « rassemblement et résistance à la force publique durant l’accomplissement de son devoir », « insurrection » et « incitation au rassemblement et à l’insurrection ».

Des accusations réfutées par IRA qui les qualifie de « fallacieuses ». Pour certains les arrestations constituent une atteinte à la liberté d’expression et de mouvement, alors que d’autres estiment qu’il faut tirer les leçons de l’instabilité qui prévaut dans la sous région.

En attendant l’issu de ce nouvel bras de fer entre le pouvoir et l’IRA tous les regards tournés vers la ville de Rosso où seront jugés ce 18novembre les 8 poursuivis selon l’avocat des militants en prison cité par Balla Touré chargé des relations extérieures de IRA.

Rappelons que depuis le début de cette affaire, des marches de soutien ont été dispersées pendant que d’autres  militants des droits de l’homme dont SOS- Esclaves estime »Les revendications des militants antiesclavagistes sont légitimes et en parfaites adéquation avec la reforme foncière de 1983 qui pour objet l’accès des anciens esclaves à la propriété foncière à travers le partage des terres collectives arables entre les membres de la communauté sans exclusion ». Verdict ce mardi… si tout se passe bien inchaallah

The following two tabs change content below.
Traoré Awa
Je suis une malienne en Mauritanie,où j'ai été honorée comme une des mauritaniennes d'exception 2015, bref une mauritanienne de cœur. Suivez moi sur "Reines d'Afrique" où la parole est féminine et universelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *