Mauritanie : « meurtre » d’Abderrahmane Kane de l’ONG AEPN

Pourquoi une telle barbarie? voilà la question que je me pose une fois de plus suite au décès tragique, abominable du mauritanien Abderrahmane Kane retrouvé mort à Nouadhibou. Comme d’habitude l’argent est sans doute le nerf de la guerre dans cette histoire qui a mal tourné pour Abderrahmane K présent de l’ONG Aide aux enfants et parents nécessiteux (AEPN).

Encore une nouvelle fois, la violence a fait la loi,  laissant place à la peur, au sentiment d’insécurité, de vulnérabilité, d’injustice. L’on me dira que de tels drames se déroulent tous les jours ici, loin des flashs, des caméras et autres regards du 4e pouvoir, qu’est la presse. Mais il est de notre devoir de condamner s’il le faut chaque jour ces agissements qui portent un coup à notre République dite « islamique ».

Pourquoi autant de violence? quelle suite aux marches de protestation contre ces violences qui touchent de plus en plus la RIM? c’est bizarre à part les infos relayées par la presse sur ce meurtre macabre, je n’ai pas entendu d’échos de condamnation ou de prise de position sur ce fait alarmant dont doit se saisir tout défenseur de droits de l’homme. Ma démarche ne se veut point un jugement, non je ne suis pas encore une Fatou Bensouda.

Confidence source familiale

En fait je ne peux pas comprendre qu’on puisse attenter à la vie d’une personne à cause de « l’argent » me dit -on . Et pourtant cela est arrivé à  Abderrahman Kane dont le corps a été retrouvé sur une plage de la capitale économique Nouadhibou trois jours après sa disparition.

nouadhibou-cap-blanche-stranded-ship-08-4

Nouadhibou, Cap Blanc/ Crédit photo

Selon une source proche de la famille le défunt  avait « confiance dans ses collaborateurs » notamment le SG de l’ONG AEPN qui a « écarté tout le monde pour être proche » du président A.K. Le SG était devenu l’homme de confiance, celui qui s’occupait de la comptabilité, gestion location, entrée de fonds, bref qui voulait plaire au boss pour « servir ses propres intérêts ».

C’est au mois d’août que les choses ont pris un autre virage me confie une source au moment où s’est tenue une réunion « fabriquée » chez le président de l’AEPN sous la houlette du SG. Comme il n’y avait pas d’ordre du jour, une autre réunion s’est déroulée au domicile du président Kane le 8 août. Au cours de cette réunion, les collaborateurs de Kane lui ont demandé de devenir président d’honneur ou vice président de l’Association. Sans aucune concertation préventive, ses collègue venaient de lui demander de céder sa place, une place  convoitée par l’homme de confiance, le comptable ou SG. Une décision rejetée par le patron de l’AEPN.

AUTOPSIE

Crédit photo

 La bêtise humaine

Dans la matinée du 9 août, A.K prit son petit déjeuner avant de dire à sa femme qu’il va « travailler » au camping. Sa femme le téléphona à « 14h10 » en lui demandant de venir déjeuner, il réponds qu’il est « loin » et qu’il se trouve au cap blanc. D’après une source, la femme pressentie que son mari ne se trouvait pas au lieu indiqué, se référant à « une localisation téléphonique ». Par la suite, A.K téléphona sa femme et lui rassura qu’il sera de retour à « 16h », ce fut la dernière fois qu’elle parla à son homme qui n’était pas libre de « ses mouvements » ajoute une source.

Lassée par des heures d’attente sans nouvelle de A.K, la femme alerta la famille. Vers minuit , « les collaborateurs de Kane sans l’aval de la famille » déclarent à la gendarmerie sa disparition d’où la formulation d’un avis de recherche selon une confidence. D’après cette source, « le SG et ses collègues » ont appelé des parents du défunt pour leur dire que  » Abderrahmane s’est peut être suicidé » expliquant que le camping que ce dernier gérait « ne marchait pas ».

Plus j’écoute le récit , plus je me demande pourquoi briser une relation humaine au profit de l’argent?. Trois jours après sa disparition , des pêcheurs alertent la gendarmerie qui vienne retrouver ainsi le corps enterré , mutilé de A.K qu’elle remettra ensuite à la police . Par la suite, le corps sera transféré à l’hôpital Espagnol ajoute une source familiale. Cette dernière révèle aussi que « le défunt a été retrouvé couché sur le ventre, pieds et mains liés, une partie du visage fracassée, nez cassé, morsure sur son bras, trace corde sur le dos ».

Un enterrement marqué par « des chamailleries »

Les détracteurs du défunt « n’étaient pas de bonne humeur ». D’après une confidence ces derniers ont battu campagne pour que le corps  » en état de décomposition » soit vite « enterré » alors que la famille voulait que tous les  examens certifient l’origine du décès tragique « d’un homme dévoué à la cause des nécessiteux ». On me confia qu’il yavait beaucoup de « chamailleries « . Finalement A.K alla rejoindre sa dernière demeure alors que les habits qu’il portait quand son corps a été retrouvé  ne furent pas « retrouvés » jusque là bref seraient avec un des accusés en fuit du nom de Diack m-a t-on dit.

Quelques jours plu tard, l’enquête évolue selon notre confrère Amadou SY du journal « Quotidien de Nouackhott » sur place à Nouadhibou . En attendant de connaitre leur sort, les 4 accusés (dont le SG ) croupissent dans la prison de Nouadhibou alors qu’un des complices est toujours introuvable selon notre source.

Siège centrale de l'Association de l’ONG Aide aux Enfants et Parents Nécessiteux/Crédit photo

Siège centrale de l’ONG Aide aux Enfants et Parents Nécessiteux/Crédit photo

Alors que la famille du défunt réclame justice, des questions planent. Quel avenir pour l’ONG Aide aux Enfants et Parents Nécessiteux suite au « meurtre » de son président et l’emprisonnement de ses plusieurs membres, la dite association qui devait recevoir 24 à 25 millions UM comme subvention de partenaires Allemands. Cette somme , arrivera t-elle à destination vu que  » les activités de l’Association sont suspendues jusqu’à nouvel ordre », en un mot jusqu’à ce que « les choses soient claires ». Une situation de deuil qui ne sera pas sans conséquences pour les bénéficiaires de l’Association qui se trouvent ainsi « orphelins » suite à « une trahison , un meurtre à cause de l’argent, c’est horrible ce qui est arrivé » me confie t-on.

 L’AEPN crée il ya 11 ans se relèvera t-elle de ce séisme ? difficile de lire l’avenir mais la reprise sera lente dè. Quel successeur à Abderrahmane Kane dont l’association a construit un orphelinat équipé, un terrain de basket, un jardin d’enfant entre autre me raconte une source. Le défunt qui était parrain de FC Nouadhibou (équipe de basket)  essayait d’œuvrer socialement pour offrir une vie meilleure à ses concitoyens dans le besoin avec l’appui de ses partenaires. Au vu des faits A.K a peut être trop fait confiance sans savoir que « cet excès de confiance » lui serait fatale et maintenant l’avenir de l’AEPN Solidarité est en jeu. Affaire à suivre

Nord-Mali : lettre à mon oncle Ava

Ces derniers jours, je ne parviens pas à te joindre par phone toi qui a décidé de t’installer définitivement au nord du pays (Mali) depuis ta retraite en 2011. Un endroit où tu te sens plus libre face à la nature, l’écho du désert. J’ai donc décidé de t’exprimer ma nostalgie à travers cette lettre qui se veut un cri de cœur, de paix, pour un Mali unique et laïque.

RAIDS AÉRIENS FRANÇAIS DANS LE NORD MALI

Mali: Force Serval/Crédit photo

Tu es resté sur place avec la famille malgré la crise qu’a connue cette partie malienne depuis 2012: la rébellion MNLA, le séjour des djihadistes, la libération des deux villes du Nord dont Gao et Tombouctou. Une libération inachevée dans la mesure où Kidal reste toujours sous occupation MNLA .Des moments d’instance émotion où il m’était difficile d’avoir de tes nouvelles comme ce fut le cas de beaucoup de parents. Je tenais à entendre ton sourire, à sentir cette joie de vivre qui te caractérise malgré les tempêtes du désert de ces dernières années. Je me rappelle de ton vœu suite à ma demande de t’inviter à venir t’ installer à Bamako.

Passionné de thé, tu sais être souvent ferme, je me souviendrai toujours de cette confidence  : « Ma fille je me sens bien, ici c’est chez moi, je resterai même si je dois mourir, je suis malien, je ne trahirai jamais mon pays que j’ai servi avec loyauté toujours, le Mali est un et indivisible ». Parole d’un homme qui connaît si bien cette partie malienne où il a servi dans l’armée dont il parle avec fierté malgré tout ce qu’on peut reprocher à cette force jugée « mal équipée, mal répartie dans les villes du Nord » sans compter le favoritisme dont bénéficient des généraux.

DIALOGUE INTER MALIENS

Alger : discussions inter maliennes/Crédit photo

Bref tout est à refaire afin que « nos vaillants soldats » si bien chantés par notre Djeneba Seck national puissent garantir la sécurité du faso (pays) contre vents et marées pour épargner aux populations de nouvelles humiliation, des souffrances indescriptibles durant cette crise  sans précédent  ayant touché les 3 villes du Nord-Mali. Des blessures que l’on peut ressentir dans ce coup de gueule de ma compatriote blogueuse Faty Harber dans ce billet émouvant et véridique sur le film « Timbuktu » de Abderrahmane-Sissako de la Mauritanie.

Certes nous suivons en plus de la médiation burkinabè par minute les discussions d’Alger entre les autorités gouvernementales et les groupes armés pour mettre fin à ce conflit. Mais nous devons trouver une solution définitive afin que les armes se taisent à jamais pour un développement durable du Maliba de Salif Keita.

kidal-pays-sipa

Entrée Kidal/ Crédit photo

Je suis pressée de te voir Ava, mon oncle au beau sourire quelque part à Almousarat(dans la région de Gao), une ville où le cousin Anoune parvient à se procurer de la connexion malgré le mauvais réseau téléphonique de ces jours derniers. Tu es resté dans ton fief tout au long de cette crise où l’armée faisait ses repris stratégiques jusqu’à déserter laissant le terrain aux forces MNLA, aux djihadistes. Des périodes noires où les populations ont souffert avec le sentiment d’être abandonnées.

En attendant, les regards sont tournés vers Alger où la reprise des discussions vient d’être reportée au 1er septembre prochain laissant planer des interrogations et inquiétudes sur ces dialogues qui ont abouti à je cite  « la feuille de route pour les négociations dans le cadre du processus d’Alger » et une « déclaration de cessation des hostilités » selon www.reflexiondz.net. Ava, je suis sûre que tu suis de près l’évolution de ces discussions si décisive pour l’avenir du pays car comme tu le sais via ton média favori RFI .

Si loin mais si près de notre Mali, j’estime que des points tels que: l’intégrité territoriale, l’autonomie ou l’indépendance ne sont pas du tout négociables au nom de la sacralité de la souveraineté nationale. La priorité doit être accordée entièrement au développement de ces villes mais et celui du reste du Mali.

Par cette lettre , j’ai voulu exprimer ma maliennité (Mon appartenance éternelle au Mali, à ce pays qui m’a vu naître ) même si je navigue dans les eaux mauritaniennes au nom du dialogue entre les cultures n’est pas cher Ava?.